Marchin-Urbanisme

Les élus de Marchin sont en train de monter un énorme projet immobilier dans le petit village de Molu. Ce projet consiste à amener 400 nouveaux habitants à Molu via la construction de plus de cent nouvelles habitations, le tout dans une philosophie qui n’a rien à voir avec celle d’un village.

Outre le fait de dénaturer l’endroit, ceci va amener son lot de nuisances, dont un trafic fortement accru dans les petites rues de Vyle Et Tharoul et la surcharge des écoles communales.

Ce projet est conçu en trois phases : Un lotissement principal fortement concentré de 80 habitations, rue de Vyle, la transformation de la ferme rue de Vyle en « résidences de cité » avec 16 à 22 maisons identiques, et finalement 5 maisons rue Georges Hubin, confiées également à un promoteur avec comme résultat la réalisation de 5 maisons à l’identique.

Nous ne voulons pas de cet impact négatif sur nos villages et nous n’avons pas élu nos représentants pour qu’ils dénaturent l’endroit où nous avons décidé de vivre. De plus si nous vivons dans des villages, ce n’est pas pour qu’on les transforme en cités.

En outre, malgré l’échec cuisant du projet de centrale bio-éthane, nos élus n’ont pas retenu l’avertissement et continuent de monter de gros projets sans consulter les habitants et en faisant preuve d’un maximum de discrétion.            

Nous, habitants de Marchin, exigeons de nos élus :

1- La suppression pure et simple du projet de lotissement principal

2- L'interdiction de dénaturer la philosophie initiale des lieux de la ferme rue de Vyle, y inclus les terrains. Sans compter qu’il est criminel de prévoir des maisons où résideront des enfants accolées à un champ cultivé dans lequel on épand toute l’année des produits chimiques toxiques.

3- Le refus de tout projet immobilier rue Georges Hubin ayant comme conséquence la construction de maisons identiques ou fortement semblables. En d'autres mots à chaque terrain sa maison construite selon les désirs d'une famille. Ceci entraînant la disparition des terrains vides dans une rue dépouvue d'égouttage, nous demandons en outre à ce que soit prévu un point d'accès commun à l'égouttage à cet endroit, afin, par exemple, de pouvoir au minimum laver sa poubelle.

4- Et surtout la consultation des habitants préalablement à tout nouveau projet éventuel de cette envergure ou de tout projet qui impactera ou aura une possibilité d’impact sur l’environnement de vie des habitants. Les élus le sont sur base d’un programme, pas sur base d’un chèque en blanc.

Faites circuler l'information et l'adresse de la pétition!

---------------------------

Dernières nouvelles, la commune prétend:

1- Que le projet n'est pas d'actualité: Il l'est, si ça coince pour l'instant c'est pour une discussion sur la question de savoir qui financera la nouvelle station d'épuration collective nécessaire à ce projet.

2- Qu'elle n'aime pas ce projet: Elle y participe pourtant de façon très active, le soutient et s'est gardée de communiquer au risque de provoquer un mécontentement préalable.

3- Qu'elle ne peut s'y opposer: Elle dispose de la possibilité d'adapter son réglement communal d'urbanisme, surtout en zone de fort impact visuel: Pensez qu'elle peut agir même au niveau de votre haie de séparation.

4- Que pour la ferme il s'agit simplement d'y mettre des appartements: La ferme serait allongée et transformée en plusieurs maisons mitoyennes. De nouvelles constructions seraient ajoutées sur le terrain, maisons mitoyennes et semi-miltoyennes avec un aspect non compatible avec le village de Molu.

En fait, l'objectif est que vous ne commenciez à protester que lorsqu'il sera devenu impossible d'annuler le projet. Ne vous faites pas avoir: Si la commune estime qu'il n'y aura aucun impact alors qu'elle ne s'inquiète pas de cette pétition.

 

Signer cette pétition

Remplissez le formulaire ci-dessous pour signer cette pétition créée par Claude Dutruc. L'auteur de la pétition verra toutes les informations que vous fournissez sur ce formulaire.


OU

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Facebook