Le Printemps des Poètes en danger !

Chers Amis,


Contrairement aux « assurances » données publiquement il y a quelques mois par son chef de cabinet, et par lettre aux parlementaires qui l'avaient saisi de nos difficultés, le Ministre de l'Education nationale a notifié une nouvelle réduction violente de sa subvention, qui est passée en deux ans de 160.000 € à 30.000 € (- 50.000 € en 2012, - 80.000 € en 2013).

Outre que cela contredit cyniquement les déclarations du Ministre affirmant la priorité à l'action artistique (toutes les associations à but culturel sont concernées par ce désengagement), cela témoigne d'une ignorance et d'un mépris consternants à l'égard du travail de formation, d'information, d'interface et d'accompagnement que nous menons depuis bientôt quinze ans auprès des établissements scolaires.

Même si le Ministère de la Culture, via le Centre national du Livre, maintient avec détermination son soutien pour 2014 afin de permettre la tenue de l'édition, nous nous trouvons, on l'imagine aisément, devant de nouvelles et graves difficultés financières.

Face à cette situation, nous pourrions opter pour la démission, l'abandon et la dissolution de notre association. Nous avons néanmoins décidé, sans nous interdire de dénoncer l'inconséquence des choix du Ministère de l'Education nationale, d'éviter un tel gâchis en tentant de préserver le centre de ressources et d'assurer la survie du Printemps des Poètes.

Cela implique des mutations structurelles importantes :
- la réduction de l'équipe à 3 salariés permanents et ma mise à la retraite administrative (mon salaire d'enseignant détaché n'étant plus pris en charge depuis 2010 par le Ministère de l'éducation). Je continuerai néanmoins d'assurer la direction artistique le temps nécessaire et ferai tout pour favoriser la mutation de l'association et la création d'une nouvelle dynamique.
- un déménagement qui permettra d'économiser le coût du loyer que nous payons à Paris
- le développement de prestations payantes : par exemple, formations, conseil et expertise auprès de partenaires institutionnels ou privés.

Il nous faut cependant, pour assurer cette mutation, passer un cap financier critique, étant donné le déficit cumulé, malgré nos efforts constants d'économies budgétaires ces dernières années.

Nous avons donc décidé de lancer un appel à dons auprès des milliers de personnes qui nous ont manifesté leur soutien l'an dernier, et croient à la nécessité de la survie du Printemps des Poètes. Merci d'avance à ceux qui pourront nous aider, dans la mesure de leurs moyens.
Nous sommes résolus à nous battre avec vous pour que perdure notre utopie, qui est la meilleure objection aux calculs à courte vue qui sacrifient sans état d'âme les exigences de l'esprit sur l'autel de la finance.

Jean-Pierre Siméon
Directeur artistique du Printemps des Poètes

Appel à dons

Les dons en faveur du Printemps des Poètes peuvent être défiscalisés (un reçu peut être adressé par mail). En cliquant sur le lien ci-dessus, vous aurez la possibilité d'effectuer votre don en ligne ; un chèque peut également être envoyé au siège de l'association : Le Printemps des Poètes - 6 rue du Tage - 75013 Paris
Les informations concernant cet appel à dons seront disponibles à tout moment auprès de l'association.

 

Texte initial

tribune parue dans Libération du 8 novembre 2012.

Le Printemps des Poètes est un événement annuel qui fêtera ses quinze ans d'existence en 2013, son rayonnement n'est plus à démontrer. Il va au-delà des périodes dans lesquelles il est annoncé, il va au-delà des territoires où on l'estimait attendu, il excède les budgets dans lesquels on le comprimait avec le peu de moyens qui lui était accordé : il pourrait servir de modèle dans sa gestion, son action, ses retombées nombreuses et sa communication. Peu d'équivalent. Peu d'équipes qui se soient battues avec un tel acharnement.

Au lieu de voir son développement soutenu, au lieu de tirer profit de cette plateforme inédite où se retrouvent auteurs et comédiens, acteurs multiples, citoyens poètes et publics, on l'étouffe en amputant la subvention que lui verse l'éducation nationale (-60.000 €) sans laquelle l'association et la manifestation disparaîtront. Cela peut paraître peu, mais c'est énorme en comparaison du budget de la structure.

On préfère ignorer le Printemps des Poètes, le réduire dans les missions qui font sa force et son histoire, et singulièrement dans son action, essentielle, au coeur du système éducatif. Même si on ne saurait exonérer de leur responsabilité les ministères précédents qui, en dix ans, ont réduit de 50 % l'aide au Printemps des Poètes, notamment le ministère Chatel, premier responsable de la situation actuelle, c'était le moment, à l'heure où le Président de la République et le Ministre de l'éducation nationale donnent pour prioritaire l'action artistique à l'école, de s'appuyer sur le travail du centre de ressources créé par le Printemps des Poètes.

Peu de mots sont capables de dire l'émotion de ceux qui ont accompagné la création du Printemps des Poètes et qui ont toujours été fidèles à sa mission, sans intérêt personnel, avec la certitude qu'il y avait bien une utilité sociale à la poésie et qu'elle se vivait à travers une manifestation décidée et rayonnante dans la cité, les territoires, les villages, les points d'ancrage les plus divers et jusqu'aux horizons les plus lointains.

On se gardera de faire les comparaisons de moyens et de budgets, elles sont affligeantes et montrent par elles seules le peu de cas qu'on semble faire de ces actions en profondeur au profit de gadgets institutionnels, hiérarchisés et couteux. Le peu d'intérêt aussi qu'on porte à un art qui se fonde sur la sensibilité des mots, interrogeant la nature des discours, leur essence, n'en paraît que plus significatif.

Nous demandons au Ministère de l'Education nationale de combler le déficit créé par le retrait de 60 000 euros sur 2012 et de pérenniser son soutien financier.

----------

Premiers signataires de cette tribune parue dans Libération du 8 novembre 2012.

ADONIS, Tahar BEN JELLOUN, Marie-Claire BANCQUART, Juliette BINOCHE, Dominique BLANC,  Jacques BONNAFFÉ, Alain BORER, Carolyn CARLSON, Marie-Claude CHAR, Matthieu CHEDID, François CHENG, Michel DEGUY, Stéphane HESSEL, Angélique IONATOS,  Albert JACQUARD, Charles JULIET, Vénus KHOURY-GHATA, Denis LAVANT, Philippe LAURENT, Michael LONSDALE, Philippe MEIRIEU, Edgard MORIN, René DE OBALDIA, Christian OLIVIER, Ernest PIGNON-ERNEST, Denis PODALYDÈS, Hubert REEVES, Robin RENUCCI, Jacques ROUBAUD, Christian SCHIARETTI, Sébastien SIHR (SNUipp) Catherine TERZIEFF, Zoé VALDÈS, André VELTER, Jean-Pierre VERHEGGEN, Eric WEILL (OCCE).

----------

www.printempsdespoetes.com, Facebook Sauvons le Printemps des Poètes


Printemps des Poètes    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitions24.net à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Facebook