Justice-pour-Zamani.

 

Merci de prendre quelque minute de votre vie,pour lire et signer cette pétition . Un Appel pour que notre Justice Française Pays des Droits de Homme. Ne garde plus le silence sur des crimes ,des morts mystérieuse de nos détenus es dans nos prisons. Au Nom de la mémoire de mon frère décédé dans une de ces prison dans des conditions encore garder secret par cette même justice qui refuse et depuis des Années de combat a me donner les réponses .Je vous demande de bien vouloir partager cette pétition au tour de vous que nous puissions enfin retrouver confiance (en ) notre Justice et que de tel crimes ne ce reproduise plus.

Il y a 14 ans,mon petit frère Zamani a été assassiné et cela sous la responsabilité des surveillants pénitentiaires tenu de veillez sur les détenus . Depuis tout ce temps ou il ce trouver incarcérer j’apporte divers preuves par des courriers de témoignage ,que mon frère était en forme et que mon frère Zamani était en bonne santé,il faisait même régulièrement de la musculation à la maison d'arrêt d'Angers dans laquelle il était incarcéré depuis le 6 janvier 2000. Suite à une altercation avec des surveillants,il a écopé d'un transfert disciplinaire vers la maison d'arrêt de Nantes le 18 janvier 2000. A la suite d'un incident survenu le 19 janvier 2000 dans les locaux de l'infirmerie de la maison d'arrêt,il était condamné à 8 jours de quartier disciplinaire dont il sortait le 27 janvier 2000. Cependant,un autre témoin détenu pendant la même période et qui connaissait mon frère m'a affirmé que Zamani lui avait confié qu'il avait été,durant une dizaine de jours,attaché par ses quatre membres et qu'on lui avait administré un grand nombre de médicaments.Selon moi ,les effets médicamentaux étaient tellement intense que les 8 jours qu'il a passé dans l'aile psychiatrique lui ont paru duré une dizaine de jours. Un nouvel incident a conduit mon frère de nouveau en quartier disciplinaire le 8 février 2000 et cette fois l'acharnement des surveillants a conduit mon petit frère à la mort.Il a été assassiné,il n'était pas suicidaire ,comme la plupart des autres cas similaires au sien. Mon plus grand souhait serait que toutes les familles et que toute ces victimes qui se battent comme moi pourraient avoir la possibilité à une réouverture des dossiers classés sans suite(ou non-lieux)Ce qui évite a notre Justice de ce voir condamner pour faute grave : Afin que la justice soit rétablie et que tous les crimes monstrueux avec actes de barbarie en bande ,ne reste plus impunis que enfin dans les prisons la sécurité et condition honteuse des détenus ne face plus la une des presse ou réseaux sociaux .Que la mémoire de tous ceux et celles mort dans ces conditions ne soit plus cacher et enterrer dans les fosses communes sous des nom inconnu qu'ils surnomment Alias ou X,Et enfin, je souhaiterais que tous ces responsables du Directeur aux surveillants ce voit traduis devant la justice pour répondre de leurs actes. Nul est au déçu de la loi et encore moins ceux qu'il doivent y veillez a son bon déroulement.

Mardi 8 février dernier, Zamani Derni né le 21 février 1975 et père d'un enfant, est décédé à la Maison d’arrêt
de Nantes. Un mois avant sa sortie.
Un responsable du Centre pénitencier a annoncé la nouvelle à la sœur du jeune homme, en précisant par un coup de téléphone qu'il s'était "suicidé par pendaison au mitard".
Le cou de la victime porte une courte griffure. En revanche sa tète présente de nombreuses marques de coups, ses aisselles et ses chevilles, sans doute attachées , portent des traces de contusion, ses hanches sont marquées de gros hématomes, le bas-ventre a été frappé, ses genoux , sont endommagés, sa jambe gauche est écorchée et ses plantes de pied sont couvertes d'hématomes ainsi qu'un trou de piqure...
Les photographies prises par la famille sont sans équivoque : les sévices subis par notre concitoyen en prison ont provoqué sa mort.
En dépit des appels répétés de la famille, le corps de Zamani ne lui est présenté que 72 heures plus tard. La hiérarchie de la Maison d’arrêt disparait devant les questions posées par la famille et ne donne pas suite à sa demande de certificat officiel de décès . Devant l’évidence des faits, la Maison d’arrêt change une semaine plus tard sa version des faits : Zamani se serait "frappé la tête contre les murs".
Peut-on la croire sur parole ? Non ! Rappelons que la famille n'a eu accès au rapport d'expertise du médecin légiste que le 17 février 2000, et seulement suite à une conférence de presse et à la mobilisation d'associations et d'amis.

PLUS DE 140 CAS DE MORTS DE MÊME ORDRE, PERPÉTRÉS DANS LE SECRET DE LA PRISON, SONT A CE JOUR RECENSES EN FRANCE .
AU NOM DE ZAMANI ET DE TOUS CEUX MORTS COMME DES CHIENS EN PRISON, AU PAYS DIT DES "DROITS DE L'HOMME."

NOUS EXIGEONS QUE LA VÉRITÉ SOIT FAITE, ENFIN !
TOUTE PIÈCE JOINTE A CE DRAME SE TROUVE SUR LE SITE :https://justicepourzamani.wordpress.com/

 


OU

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur notre site. Cependant, l'auteur de la pétition verra toutes les informations que vous rentrerez sur ce formulaire.

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Merci de consultez votre boîte de réception et dossier "courrier indésirable".
Facebook