PRESSTALIS DOIT VIVRE ! POUR UN SERVICE PUBLIC DE LA DISTRIBUTION

Le système de distribution de la presse est en crise.
Il a été mis en place à la Libération, dans le cadre du programme du Conseil National de la Résistance
pouvoirs publics et parlementaires considérant alors la presse comme une composante essentielle de
la démocratie.
Ce système coopératif garantissait la liberté et l’impartialité de distribution des quotidiens, l’égalité et
la solidarité entre éditeurs, sur la base de la péréquation des coûts. Cela permettait à tous les titres
d’être accessibles partout et pour tous.
Aujourd’hui, après plus de vingt années de fermetures de centres de traitement des titres,
de plans de restructurations, l’entreprise, qui s’est appelée NMPP durant soixante-dix ans et
Presstalis maintenant est la cible d’une offensive libérale destructrice sans précédent.
Sur 2 500 salariés, la direction envisage de supprimer plus de 1 000 emplois et de sous-traiter
l’essentiel de l’activité de production et de service. Ce plan serait l’ultime étape avant la disparition
pure et simple de l’entreprise.
Avec cette liquidation programmée de Presstalis, c’est la remise en cause complète de l’activité de
distribution de la presse qui est en jeu. Certains grands groupes la souhaitent. Ils ont déjà dans leurs
cartons une alternative, un système purement libéral qui correspondrait à leurs besoins. Alors qu’ils
ont fait la preuve de leur incapacité à gérer le système, ils se tournent une fois de plus vers l’Etat, en
quête de nouveaux financements pour sa mise en place qui serait en fait payée par les contribuables.
La grande majorité des titres, les lecteurs, les citoyens et les salariés de la filière n’ont rien de bon à
en attendre. Ils ont, au contraire, intérêt à défendre le pluralisme, à se mobiliser pour en renforcer ses
principes et obtenir dans ce cadre une véritable refondation du système de distribution de la presse.

L’Etat ne peut pas se contenter de satisfaire les demandes des patrons. Il doit intervenir pour
que le système soit renforcé dans sa mission de service public, y compris en y étant partie pre-
nante. Les moyens existent pour mettre en œuvre cette politique. Rien ne justifie la disparition
de Presstalis.


Dans l’immédiat, nous demandons :
- le retrait du plan de la direction de Presstalis prévoyant des suppressions d’emplois et de nou-
velles fermetures de centres.
- la convocation d’urgence, par le ministère, d’une table ronde pour refonder le système
coopératif de distribution des quotidiens et périodiques en repartant de la défense du pluralisme
de la presse, indispensable à la vie démocratique du pays ; dans le cadre d’un débat public, elle 
devrait notamment avoir pour mission d’examiner les moyens nécessaires -  y compris de l’Etat, qui
est garant de la démocratie -  pour assurer la distribution des journaux sur l’ensemble du territoire.

 

  • Ils sont éluEs, responsables politiques ou syndicaux, professionelLEs de la presse, militantEs, citoyenNEs...
    avec 2700 autres ils ont déjà signé la pétition pour la défense de Presstalis,
    pour un service public de la distribution de la presse :

    Marie-georges Buffet, Pierre Laurent, Laurent Bouyrie, Didier Le Reste, Marcel Trillat, Véronique Christol, Francis Wurtz, Patrick Kamenka, Leo Purguette, Marc norguez, Jean-Pierre Brard, Rosa Moussaoui, Jean-françois Ropert, Emmanuel Vire, Julien Renault, Olivier Blandin, Jean-françois Tealdi, Laurent Jourdas, Jacques Betemps, Luc Chigot,  Bruno Bellem, Pascal Savoldelli, Laurent Joseph, Sébastien Crépel, Jean-christophe Hue, Dominique Candille, Luc Vallot, Gérard Jagorel, Cédric Clérin, Claude Marchand, Eric Corbeaux, Daniel Bosselut, Gilbert Bonhomme, Jerome Le roux, Nathalie Simonnet, Réda Khoucha, Laurent Mardelay, Fabienne Pourre, Didier Corcellut, Sophie Celton, Slimane Abdoun Charef, Christine Baron, Jerome Souchon, André Bondu, Raphaelle Primet, Marie France Vieux Marcaud, Anne Sabourin, Jean-Pierre Page, José Fort, Charly Bouhana, Xavier Hirch, Jose Statibene,Jean-Yves Viollier, Yvon Touil, Bernard Frederick, Binet Marie, Eric Vasselon, Bruno Peuchamiel, Arnaud Spire, André Garcia, Miloud Bentebria, Laurent Lourdez, Nathalie Faipeur, Patrick Duchemin, Patrice Veret, Romain Altmann, Jean-Marie Audin,Jonathan Nowak, Rachid Kadri, Edouard Misiak, Miwou Woungly Massaga, Daniel Legerot, Lina Sankari, Alain Vaslot, Pascal Chauvette, Jean-claude Orsini, Philippe Allienne, Sebastien Narbone, Eric Winocq, Guillaume Thomas Flores, Jean-paul De sousa, Ibrahima Konate, Albert Mann, Pascal Akoun, Maurice Kintz, Julien Menuel, Jean Claude Joly, Françoise Baud, Guy theil, Alain Lecorre, Michel Bruneau, Michel Diard, Michel Burguiere, Claude Ivorra, Robert Lourdez, André Bondu, dominique Launay, thierry Pettavino, Denis Sellin, Antoine Boulangé, Mourad Kenzari, Christiane Grave, Claudine Cordillot, Jean-marc Beauvais, Jean-Emmanuel Ducoin, Laurent Gaboriau, Pierre Ivorra, David Ibo, Cathy Ceïbe, Josiane Hachette, claude Chapet, Claude Hilsum, Nicolas Masson, Hervé Poly, Marie-France Beaufils…

TRAMEROUGE, réseau des militants communistes de la presse et de leurs amiEs    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition


OU

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur notre site. Cependant, l'auteur de la pétition verra toutes les informations que vous rentrerez sur ce formulaire.

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitions24.net à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.
Facebook