PENSION DE REVERSION - VOL MANIFESTE

Qu'est-ce qu'une pension de réversion ?
Vous êtes marié(e), vous travaillez, donc cotisez pour votre retraite, mais l'un de vous deux malheureusement décède, le conjoint survivant peut alors, peut-être (je dis bien peut-être) prétendre à une pension de réversion, car même si votre conjoint(e) a longuement cotisé, cette pension de réversion peut très bien ne pas vous être versée, ou bien alors être tout simplement diminuée, ce que nous allons voir plus loin.
Notre belle devise française : "liberté, égalité, fraternité" est bel et bien égratignée, et loin d'être appliquée ; elle dessert les uns pour mieux servir les autres.

IL FAUT SAVOIR QUE NOS POLITIQUES (MINISTRES, DEPUTES, SENATEURS...) PEUVENT CUMULER LEURS MANDATS ET SE FONT DES RETRAITES EN OR, pour seulement quelques années de cotisations, quand ils cotisent d'ailleurs ! On se souvient également que notre cher Président Nicolas Sarkozy, fraichement élu, s'était généreusement octroyé une augmentation de son salaire de 142% passant de 8 300 à 20 200 € par mois !  C'est très bien (enfin pour eux) mais si l'on partageait un peu, non ? Quoi ??? Ils ont des responsabilités et se sacrifient pour leur région ou leur pays  et ils le méritent ? Non ! Ils  aiment le pouvoir et ils ont la chance de le choisir leur métier ! Nous savons tous que le pouvoir attire certains et qu'à lui seul il reste une manière de s'épanouir et de s'accomplir, alors où est la difficulté pour eux ? Il en faut, certes ! Mais a contrario, l'ouvrier, le maçon choisit-il ? Aime-t-il sa vie ? A-t-il une satisfaction professionnelle ? Peut-être ou peut-être pas, mais très souvent il ne choisit pas malheureusement, car pas né avec une cuillère en argent dans la bouche !  Avez-vous déjà vu un ouvrier, fils de politiques ou de professions dites "nobles" ? Non, jamais ! Pourquoi ? Car ce sont des métiers dévalorisés et très peu payés.

Pourtant, nous avons tout autant besoin de lui, que de l'homme politique, mais  lui, l'ouvrier, il s'accomplira ou peut-être pas dans sa vie professionnelle et, en outre, il  ajoutera des difficultés financières toute sa vie, cela va le poursuivre jusqu'à la fin, et pourquoi ? Pourquoi ? Il est nécessaire à la société, tout autant que l'intellectuel, le politique, l'artiste... Mais son salaire sera dérisoire toute sa vie, il décédera souvent plus tôt que d'autres, très souvent d'ailleurs, car fatigué et plus exposé aux fléaux connus, et puis son ou sa conjointe devra encore faire face à des difficultés financières, car même s'il a cotisé longuement pour s'assurer une retraite, ses droits ouverts peut-être à son conjoint ou à sa conjointe seront encore grappillés par l'Etat.

L'on dit toujours, diviser pour mieux régner...

J'espère toutefois, et très sincèrement que les ayants-droits des fonctionnaires conserveront leur avantage de n'être pas soumis à conditions de ressources pour cette même pension de réversion et que les conjoints(es) des salariés du privé les rejoindront (et non encore un alignement par le bas comme c'est toujours le cas), car en ce qui les concerne, ils ne doivent pas dépasser la somme de 19 177,60 € annuelle (soit 1 598,13 € BRUT par mois au 1er janvier 2012)  si la personne vit seule, ou bien 30  684,16 € annuel  BRUT (soit 2 557 €/mois) en cas de remariage, concubinage ou pacsée, s'ils veulent prétendre à une étude de droits pour une pension de réversion ; ce qui signifie que la personne qui travaille ne touchera rien, ou quasiment rien, dans la majorité des cas ;  Le SMIC étant de 1.398,37 euros brut par mois (pas très loin du montant à ne pas dépasser de 1 598,13 € brut). Une condition d'âge est également requise, depuis le 1er janvier 2009, elle est de 55 ans.
La principe est que dans le régime général des salariés, le conjoint survivant peut avoir droit à 54 % de la pension (retraite de base) dont bénéficiait ou aurait pu bénéficier l'assuré décédé. Ce montant est toutefois réduit, OU PUREMENT SUPPRIME, si, en l'ajoutant aux autres ressources BRUTES, on dépasse le plafond de ressources. Il faut savoir que ce sont les ressources BRUTES qui sont prises en compte, donc avant prélèvement des cotisations sociales

Pour une veuve non remariée avec des ressources supérieures à la somme de 19 177,60 € Brut/an, au 1er janvier 2012 (soit 1 598,13€/ brut par mois),  IL N'Y AURA PAS DE DROITS OUVERTS A UNE PENSION DE REVERSION ; si les ressources n'atteignent pas la somme brute de 19 177,60 €, le calcul sera ainsi fait (il sera ajouté, dans un 1er temps, la pension complète calculée, que l'on ne touche pas, aux ressources personnelles) soit :

Ressources personnelles brutes annuelles + pension de réversion annuelle A LAQUELLE ON POURRAIT PRETENDRE (qu'on ne touche absolument pas) ; puis on fera la différence entre cette somme et le plafond annuel de 19 177,60 € que l'on déduira de la pension de réversion

Exemple
Une personne touche une retraite personnelle de 1 000 euros par mois. Agée de 55 ans, son épouse demande la réversion, sachant qu'à cette date ses ressources sont de 1 150 euros par mois.
Son dossier est étudié par la caisse de retraite. Ses ressources personnelles ne dépassant pas le plafond de ressources fixé à 1 598,13 euros par mois, son droit à la retraite de réversion est ouvert.
Le calcul suivant est fait : 1 000 € x 54 % = 540 euros par mois.
Ses ressources personnelles (1 150 euros par mois), ajoutées à la retraite de réversion entière à laquelle elle peut prétendre (540 euros) sont égales à 1 690 euros.
Elles dépassent alors le plafond de ressources autorisé, d'un montant de 1 690 € - 1 598,13 € = 91,87 euros.
Sa pension de réversion est donc diminuée d'autant : 540 € - 91,87 € = 448,13 euros. C'est ce montant qui lui est versé… au 1er janvier 2012.
En réalité, les ressources de cette dame, à la base, sont pourtant inférieures au plafond de 19 177,60 € (puisque de 17 000 €/an) mais avec le calcul insidieux appliqué, elle se retrouve au-dessus du plafond, puisqu'il lui est ajouté la pension à laquelle elle pourrait prétendre, MAIS QU'ELLE NE TOUCHE ABSOLUMENT PAS ! Elle percevra donc une pension de réversion dite "différentielle".
La pension de réversion peut être partagée entre conjoint et ex-conjoints. Le partage est proportionnel à la durée de chaque mariage.
Pour ce qui est du Régime des fonctionnaires, je souhaite vivement que les époux(ses) conservent ce droit de n'être pas soumis à des conditions de ressources pour prétendre à cette pension de réversion. Dans le régime de base (sécurité sociale), nous devons pouvoir prétendre aux mêmes droits et ainsi nous aligner aux fonctionnaires sans conditions de ressources  ! et surtout ne pas résoudre le problème encore par le bas.
LES COTISATIONS ONT ETE VERSEES POUR UN DROIT A UNE RETRAITE   !  DANS LE CAS DE NON VERSEMENT AU CONJOINT SURVIVANT, CELA DEVIENT DU VOL !!!

NOS CONJOINTS(ES) ONT COTISE ET NOUS AVONS DONC DES DROITS SUR CES COTISATIONS.

 

Une seule exception, la retraite complémentaire :

Que ce soit pour Arrco ou Agirc, au décès d'un(e) salarié(e) ou d'un(e) retraité(e), une fraction de sa retraite complémentaire est susceptible d'être versée à un ou plusieurs bénéficiaires, orphelins de père et de mère et conjoints.

La pension de réversion de la retraite complémentaire est alors attribuée sans conditions de ressources, mais s'ajoutera au calcul de la pension de réversion de base (sécurité sociale). Cette pension de la retraite complémentaire est dérisoire : 167 € par mois en ce qui me concerne !

La CARSAT, organisme de retraite m'a contactée récemment : je devais rendre compte de mes ressources en septembre 2007, lors du décès de mon mari. ou bien j'étais purement et simplement suspendue de mes droits : 300 €. Ils soupçonnaient d'autres ressources que celles déclarées. De victime, je suis passée à coupable et très choquée par les propos de l'agent qui a fini par se ranger de mon côté et à m'inciter à créer une association contre cette injustice. Que me voulait-on encore ? cela ne suffit donc pas la perte d'un être cher, il faut encore ajouter des problèmes financiers ? L'agent voulait des preuves, mais quoi ? Je n'ai rien, je ne possède rien, mes décomptes bancaires pour prouver encore et encore ma pauvreté ? J'ai finalement fourni une attestation sur l'honneur de la somme détenue avant le décès de mon mari.
Aujourd'hui, un courrier de la CARSAT me demande des justificatifs, des bulletins de paye pour la période 2007 à ce jour. Très certainement une révision de mes droits, car une pension de réversion allouée n'est jamais définitive, elle est révisable toujours en fonction des ressources, en hausse ou en baisse. Le conjoint ou ex-conjoint survivant, à qui une pension de réversion a été attribuée, peut voir son montant réduit, y compris réduit à zéro, en cas d'augmentation de ses ressources.
Ne pas oublier que nos politiques, avec des revenus très confortables, perçoivent aussi les allocations familiales, 5 000 € par an annoncés par certains. Beaucoup plus, en ce qui me concerne, que ma pension de réversion !!!
Si comme moi, vous êtes en colère après ces mesures profondément injustes et si vous pensez que l'on vole les cotisations versées par votre époux ou votre épouse, REJOIGNEZ-MOI et faisons le savoir... Cette injustice ne doit plus perdurer !!! Il faut récupérer nos droits, en toute dignité !!!!
GARDONS BIEN EN TETE QUE NOS POLITIQUES (MINISTRES, DEPUTES, SENATEURS...) SONT EN DROIT DE CUMULER LEURS MANDATS ET QU'ILS SE FONT DES RETRAITES EN OR ! POURQUOI PAS ? MAIS PARTAGEONS ! LA CRISE, SI ELLE EXISTE REELLEMENT, N'EST PAS QUE POUR CERTAINS. SI ELLE EXISTE !!! C'EST TELLEMENT PLUS FACILE D'APITOYER LE PEUPLE POUR FAIRE PASSER LES LOIS PLUS AISEMENT !! J'ESPERE ME TROMPER !

ET ILS VONT OSER GRAPPILLER SUR NOS TOUTES PETITES PENSIONS DE REVERSION ET TOUT CELA SANS COMPLEXES ???

IL FAUT REAGIR, créons tous ensemble une association combative.
Il s'agit d'un vol manifeste de nos cotisations, et une façon détournée d'effacer définitivement ces pensions de réversion à terme, car la vie difficile nous oblige à travailler à deux et sachant que le SMIC est à 1 398,37 euros brut par mois (soit 1 098,28 € net/mois) nous ne sommes plus loin du plafond à ne pas dépasser (1 598,13€/ brut par mois) ; n'oublions pas que ce sont les montants bruts qui sont retenus dans le calcul, soit dans le cas d'un SMIC, il sera retenu 1 398,37 euros et non la somme réellement perçue de 1 098,28 €.
Une honte !!!!!

SI VOUS ETES D'ACCORD AVEC CE TEXTE, MERCI DE SIGNER CETTE PETITION ET AJOUTER VOTRE COMMENTAIRE

A suivre ....

 

PS : une injustice parmi tant d'autres, malheureusement, mais une personne concernée est mieux placée que quiconque pour relater son problème ; il ne faut donc pas hésiter à s'exprimer !!!

 

Vous pouvez consulter le blog ci-dessous

http://www.123siteweb.fr/pensionreversion-volmanifeste/71296560

Si lien ci-dessus pas actif, vous pouvez le copier dans votre barre d'adresse (en haut de l'écran)

Signer cette pétition

Remplissez le formulaire ci-dessous pour signer cette pétition créée par JOLY. L'auteur de la pétition verra toutes les informations que vous fournissez sur ce formulaire.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitions24.net à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Facebook