Dansk: Bak op om demokratiet i Polen og EU
English: Support Polish Democracy
Polski: Wspieramy polski rząd

Nous soutenons le gouvernement polonais

Nous soutenons le gouvernement polonais.

Nous nous inquiétons quant à la dégradation de la démocratie en Europe. La censure des médiats en Europe nous amène également à être inquiet.      

Nous soutenons le gouvernement polonais issu du parti politique droit et justice ; gouvernement qui bâtit la démocratie en Pologne.   Le débat public, la liberté d’expression, la transparence de la vie publique et l’égalité des citoyens vis-à-vis de la loi constituent des piliers de la démocratie. Les principaux médiats en Pologne tant bien les médiats publiques que les médiats privés à savoir les chaînes de télévisions TVN, TVP, le quotidien Gazeta Wyborcza et d’autres médiats appartenant au courant principal ont été durant ses dernières années extrêmement tendancieux n’hésitant pas à promouvoir le parti Plateforme Civique (parti anciennement au pouvoir) et à attaquer le parti droit et justice (parti d’opposition à l’époque des faits évoqués). Le gouvernement issu du parti Plateforme Civique a évincé des médiats publiques tout les journalistes indépendants et cela quasiment tout de suite après avoir prix le pouvoir en Pologne. C’est comme cela qu’on a (pour de nombreuses années jusqu’à maintenant) limité la liberté d’expression en Pologne. Quant aux décisions principales  concernant l’état polonais et ses citoyens, ces décisions  étaient prises sans consulter qui que ce soit et cela malgré de nombreuses actions de protestations qui fréquemment mobilisaient des millions de polonais.      

Voici la liste des journalistes les plus connu qui ont été renvoyé des médiats publique dans la période (2007-2015) époque où la Pologne était gouverné par le parti Plateforme Civique : Bronislaw Wildstein, Rafal Ziemkiewicz, Jacek Karnowski, Krzysztof Skowronski, Marek Pyza, Anita Gargas, Katarzyna Hejke, Tomasz Sakiewicz, Michal Karnowski, Jacek Sobala, Joanna Lichocka, Anna Sarzynska, Witold Gadowski, Mariusz Pilis, Agata Lawniczak, Jolanta Hajdasz, Wanda Zwinogrodzka, Artur Dmochowski, Piotr Skwiecinski, Maciej Swirski, Krzysztof Karwowski, Marcin Wiklo, Bartlomiej Wroblewski

Nous soutenons le gouvernement polonais appartenant au parti droit et justice dans ses efforts visant le rétablissement dans leur fonctions tout les journalistes exclus des médiats publiques à l’époque du gouvernement appartenant au parti Plateforme Civique, ainsi que les efforts ayant pour but la création d’un  pluralisme au saint des médiats publiques et privés, cela pour éliminer des médiats polonais le monopole idéologique et de l’information, monopole existant jusqu’alors. La liste des preuves  démontrant le manque de pluralisme et de démocratie amène la nécessités de la mise en place du changement.         Un exemple : En novembre 2015 le président en charge Andrzej Duda (candidat à ce poste du parti droit et justice) prenant de par ses fonctions des décisions importantes au nom de l’état polonais a eu l’occasion de s’exprimer dans les médiats publiques  en tout et pour tout 15 minutes alors que le leader du deuxième en partant de la fin parti d’opposition au parlement Ryszard Petru a eu 25 fois plus de temps pour la présentation de ses prises de positions politiques donc environ six heures de plus que le président en charge nous le rappelons.     Un autre exemple : dans la période 2007-2015 (époque du gouvernement Plateforme Civique) ont eu lieux en Pologne plusieurs milliers de marches et d’actions de protestation contre les manquements gouvernementaux aux principes démocratiques (contre le durcissement du droit de rassemblement entre autre). Les plus grandes actions de protestations ont réunis des millions de citoyens. Pour les plus importantes (du point de vu du nombres de participants) ont été réunis à chaque fois plus de deux millions de signatures.       Un exemple de désespoir social à l’époque du gouvernement de la Plateforme civique : Pendant cette période il y a eu trois cas d’immolation par le feu en guise de protestation. L’un des cas cité si dessus c’est produit devant le siège du Premier ministre nommé par Plateforme Civique et l’actuel président du conseil européen Donald Tusk. Un fonctionnaire du trésor publique ; un père de plusieurs enfants a attenté à ça vie en septembre 2011 laissant une lettre accusant Donald Tusk et le tenant pour responsable d’actes de corruption au saint du trésor publique que l’homme en question aurait découvert ce qui lui aurait valu de perdre son emploi.   Depuis la chute du régime communiste Il n’y a pas eu en Pologne d’actes de protestation aussi dramatique qu’à l’époque du gouvernement des représentants du parti Plateforme Civique. Le silence total dans les médiats quant aux actes de protestations cités si dessus constitue la preuve de la dégradation de la démocratie en Pologne gouvernée à l’époque par Plateforme Civique.  

Nous soutenons le gouvernement polonais du parti droit et justice dans ses efforts pour rétablir le pluralisme au saint de la cour constitutionnelle.      

Les juges de la coure constitutionnelle (Andrzej Rzeplinski, Stanislaw Biernat, Piotr Tuleja) en dépits de leurs prérogatives ont contribué à la rédaction du texte de loi concernant la coure constitutionnel; il sont donc devenu de ce fait juge et parti. Par ailleurs en participant à la rédaction du texte de loi concernant la coure constitutionnelle ils ont consciemment élargi leur champs de compétence. Quelque temps après ils ont dû (cela pour cause de pression citoyennes) reconnaître que le texte qu’ils avaient eux-mêmes participer à créer était en parti inconstitutionnel.     Le juge Andrzej Rzeplinski ne respecte pas la législation votée par le parlement polonais démocratiquement élu ; fesant cela  il s’attribu de ce fait une parti du pouvoir en Pologne. Le débat dans les médiats polonais ne reflète pas correctement le niveau de l’indignation ; également  l’indignation de certains milieux juridiques quant au non respect du droit polonais par le juge Rzeplinski. Malheureusement les médiats polonais relatent de manière tendancieuse ce conflit en ne transmettant que les opinions favorables au juge Rzeplinski.     La coure constitutionnelle devrait être apolitique, objective et respecter dans la même mesure sans distinction ni favoritisme tout entités et groupes appartenant à l’espace publique et politique. Toutefois l’ancien gouvernement polonais désigné par les partis Plateforme Civique et le parti agrarien polonais a désigné douze des quinze juges de la coure constitutionnelle. Avant de rendre les instruments du pouvoir la Plateforme Civique a tenté de placer à la coure constitutionnelle trois juges qui lui était favorable à la place de trois juge dont le manda arrivait à terme ainsi que de placer deux juges de plus (eux aussi lui étant favorable) à la coure constitutionnelle à la place de deux juges dont le mandat devait arriver à échéance lors de la prochaine investiture du parlement. Ces agissements ne peuvent être ni acceptés ni quotionnés.      

Nous soutenons le gouvernement polonais du parti droit et justice dans la lutte contre la corruption.    

La corruption galopante des institutions publiques de la justices ; institutions judiciaires disposant d’une crédibilité pour le moins réduite auprès des citoyens polonais. La corruption dans l’économie et les finances publiques. Dans les fait absence d’un libre marché. L’achat du soutien des médiats avec les deniers du contribuable. Ce sont là que quelques soucis énumérés de la Pologne gouvernée pendant huit années par Plateforme Civique.        

Le gouvernement actuel du parti droit et justice doit rétablir les standards démocratiques qui pendant la période du gouvernement de Plateforme Civique étaient (selon les domaines de la vie publique) plus ou moins en voie d’extinction ce dont c’est rendue compte la majeure parti de la société polonaise.

Nous sommes inquiet quant à l’état de la libre expression et la démocratie en Europe. Nous demandons un débat immédiat qui devra avoir lieux sur le forum Européen ; débat consacrer à ces deux choses.     

Un débat libre dans les médiat est le pilier de la démocratie en Europe. Nous sommes inquiet du fait d’un phénomène récurant de la loi du silence (homerta) ; mais également inquiet du fait d’un phénomène de l’induction en erreur de l’opinion publique par les médiats européens les plus influents. Les récents évènements à savoir les agressions sexuelles massifs perpétrés par des immigrants musulmans ont été dans un premier temps volontairement passé sous silence par les plus grands médiats européens. Cela démontre que dans un état théorique de pluralisme qui peut être suggéré par le nombre important des médiats nous faisons face à un problème de plus en plus grand de trie et de gestion d’en haut de l’information. Mais nous faisons face en outre à un problème de censure, de passage sous silence et même dans les cas les plus extrêmes nous avons à faire à un phénomène de propagation d’informations mensongères dans les médiats européens.     La Pologne a été touché par les phénomènes cités si dessus au moment de la transmission des informations concernant la mort du président polonais sur le territoire russe le 10-04-2010 ; le président polonais a trouvé la mort ce jour-là avec 95 autres personnes à bord d’un avion devant transporter le président et une délégation polonaise à Katyn pour les commémorations des crimes commis en ce lieux soixante-dix ans plus tôt. De très nombreuses informations soutenues par aucune source crédible apparaissaient dès lors à grande vitesse dans les médiat européens les plus important. Mais c’est alors qu’en même temps une poigné d’information confirmé par des sources crédibles n’arrivaient absolument pas (et n’arrivent toujours pas d’ailleurs) a être transmise à l’opinion publique.            La situation se répète. A l’heure actuelle il ni a pas dans les médiats européens de commentaires ou d’analyse sérieuses relatives aux agissements du gouvernement polonais actuel en Pologne (gouvernement élu démocratiquement ; il n’y a pas d’analyse ou de commentaire basés sur des faits. Au lieux de cela nous avons à faire à des attaques émotionnelles concernant ce sujet ou bien simplement à de la propagande induisant l’opinion publique en erreur.   L’amplitude de ce phénomène ainsi que les évènement récent en Allemagne évènement qualifiés par l’ancien ministre de l’intérieur allemand Hans-Peter Friedrich « de cartel du silence ») nous amènent à penser que l’écrasement d’un pluralisme réel, l’étouffement du débat libre dans les médiats européens ainsi que la dégradation de la démocratie deviennent un véritable problème en Europe. Ce problème est perçu par un nombre grandissant   de groupes sociaux et de citoyens des états membres de l’Union européenne.     Nous sentant coresponsable de la sécurité et des fondements de l’Europe nous appelons à ce que soit de suite amorcer des discussions réelles concernant les sujet fondamentaux qui sont les suivant :

  • Comment rétablir une véritable liberté d’expression en Europe ?
  • Comment aider et soutenir les médiats et les réseaux sociaux indépendants ?
  • Comment reconstruire des relations saines dans une Union Européenne comprise comme une association d’état nations souverains et indépendants ? Comment rétablir un libre marché communautaire ?
  • Comment se débarrasser de la corruption et de la burocratie ?
  • Comment défendre et soutenir les valeurs chrétiennes et patriotiques ?
  • Comment créer un mécanisme qui permettraient de mettre en place des leaders dirigeant cette Union ; des leaders faisant preuve d’une vision de l’avenir, de courage et d’honnêteté ?
  • Comment se défendre face à des personnages bénéficiant d’une fausse notoriété publique ?
  • Comment assurer la sécurité substentielle et culturelle de l’Europe ?

Nous attendons une réaction immédiate de la par de la commission européenne et du parlement européen concernant cette pétition ainsi que la planification des dates auxquelles  pourront se dérouler les discussions relatives aux sujets cités si dessus.    

Nous invitons à nous contacter et à collaborer avec nous   tout les citoyens des états communautaires qui ont un diagnostique similaire  au notre de la situation actuelle régnant en Europe. Nous voulons œuvrer activement à ce que l’Union européenne continue à exister.  

Nous invitons à signer cette pétition et à faire parvenir le lien qui mène à elle au plus grand nombre possible de citoyens communautaire.  


Glenn Arthur Jørgensen    Contacter l'auteur de la pétition

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur notre site. Cependant, l'auteur de la pétition verra toutes les informations que vous rentrerez sur ce formulaire.

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Merci de consultez votre boîte de réception et dossier "courrier indésirable".
Facebook