Nous sommes contre l'implantation de l'uniforme à la Polyvalente Deux-Montagnes.

pst21.png

Lors de cette année scolaire (2017-2018), les membres du Conseil d’Établissement (CE) ont eu à se prononcer sur le projet d’implantation d’un uniforme scolaire pour les élèves de la Polyvalente Deux-Montagnes.

Il y a eu plusieurs rencontres du comité afin de voir si cette option était viable à notre école. Enfin, il y a eu un vote pour déterminer l’issu de cette question lors du mois de février 2018.  Le résultat fut saisissant.  Sur un total de 1828 votes, seuls 9 votes séparèrent le Oui du Non.  Le  résultat officiel se chiffrant à 50.49% pour le Oui et 49.51% pour le Non.  Un recomptage a eu lieu pour confirmer les chiffres, ils le furent.

Le CE se devait alors de dénouer cette impasse.  Dans le cas d’une implantation d’uniformes, il est toujours de bon ton de pouvoir avoir une proportion claire de gens qui sont d’accord avec le projet, ce qui n’est pas le cas ici.

Il est mentionné dans les Politiques et Règlements de la CSSMI, à l’article 6.2-A (Recueil de Gestion acc-15), que l’établissement d’une collection vestimentaire ne peut se faire sans un large consensus.  

Mais la discussion a tourné en rond et nous avons été amené à voter sur le résultat.  Résultat du vote, 7 contre 7, encore une fois.  L’option « Uniformes » n’a pu être accepté que parce qu’une procédure de nature plus administrative fut utilisée…

Nous croyons que le processus menant à l’établissement d’un uniforme, s’il ne fut en aucun cas illégal, ne respecte pas le  demandé par les Politiques et Règlements.

Nous croyons au fait que l’uniforme ne répond pas à une problématique particulière.  Il s’agit ici d’une volonté idéologique plus que d’une réelle solution à un problème récurrent.

Nous croyons que nos enfants, nos élèves, nos camarades de classes sont en mesure de faire le choix d’un vêtement respectant à la fois la fonction, le lieu et la décence. Pour les y aider, le code vestimentaire de la Polyvalente Deux-Montagnes est déjà un outil très rigoureux.

Nous croyons, enfin, que l’augmentation des frais liés à l’achat de l’uniforme scolaire pour la rentrée va générer pour plusieurs familles un important stress financier supplémentaire.  Il est clair que l’argent investi dans les vêtements ne pourra pas l’être dans l’inscription à des activités pédagogiques.  Cette dépense-ci aurait contribué, à notre sens, à rendre l’expérience globale de l’école plus enrichissante.  

 

Ce pourquoi, nous demandons alors à la direction présente, en la personne de Mme Diane Gladue, d’arrêter le processus d’implantation de l’uniforme et de cesser toutes les opérations avec l’entreprise Flip Design.

Facebook