Non à l'abrogation des décrets de 1950 pour les enseignants.

P { margin-bottom: 0.21cm; direction: ltr; color: rgb(0, 0, 0); }P.western { font-family: "Liberation Serif","Times New Roman",serif; font-size: 12pt; }P.cjk { font-family: "WenQuanYi Micro Hei","Arial Unicode MS"; font-size: 12pt; }P.ctl { font-family: "Lohit Hindi"; font-size: 12pt; }

 

Non à la Réforme Peillon et à l’abrogation des décrets de 1950

Oui à la reconnaissance de la spécificité de notre métier d’enseignant

(Pétition mise en ligne le 19/03/14, mise à jour le 28/03)

 

Le ministre a signé le 27 mars dernier un accord « historique » avec les syndicats qui vise à aligner notre statut d'enseignant sur celui de la fonction publique, en revenant sur les décrets de 1950 qui définissaient jusque là nos obligations de service. Il a été adopté avec seulement 5 voix pour, 6 abstentions, et 4 voix contre.

Si ce projet est validé par le CS FPE (Conseil supérieur de la fonction publique d'Etat) et par le Conseil d'État, notre métier sera à présent défini par l'accomplissement d'une multiplicité de missions « liées à l'enseignement » – suivi des élèves, orientation, réunions pédagogiques de tout genre, formation d'adultes, remplacement de collègues absents, etc -, dont certaines faisaient de toute façon partie de notre cahier des charges, mais auxquelles d'autres sont ajoutées insidieusement, sans compensation financière, il va de soi. La mission même d'enseigner, avec la préparation des cours et les corrections qu'elle implique, ne sera plus qu'une mission parmi d'autres. Précisons en outre que des missions pourront être définies localement, en fonction des projets d'établissement votés en conseil d'administration. L'ensemble de ces missions pourra être à présent comptabilisé annuellement, de sorte que la réglementation du temps de travail applicable à la fonction publique, soit 1607h par an, puisse s'appliquer aussi au temps de présence des enseignants.

Ce projet dit, une fois de plus, le mépris que les instances ministérielles et administratives affichent pour le métier de professeur. Il s'inscrit dans une politique de dégradation progressive des conditions d'enseignement qui ne date pas d'aujourd'hui et ne relève pas seulement de restrictions budgétaires. Il entérine implicitement l'idée commune selon laquelle les enseignants travaillent peu, en tout cas moins que le reste des fonctionnaires.  Il transforme progressivement notre métier de professeur qui a charge de transmettre des savoirs, et même une passion pour des savoirs, en éducateur polyvalent, dont les compétences pédagogiques seraient identiques quel que soit le degré de l'enseignement (primaire, secondaire ou supérieur). Cette orientation va de pair avec les réformes des programmes dans les différentes disciplines qui, depuis au moins une dizaine d'années, vont toutes dans le sens d'une perte d'exigences quant à l'acquisition des savoirs fondamentaux, sur lesquels peut réellement se construire un enseignement à la fois exigeant et diversifié.

La réforme Peillon poursuit et approfondit le travail de sape entrepris par les gouvernements de gauche et de droite précédents : dévaloriser, à la fois matériellement et culturellement, le métier de professeur, ce qui a pour effet d'une part de le rendre toujours moins attractif, comme le montre la baisse du nombre de candidats aux concours de recrutement, d’autre part - ce qui est bien plus grave - de laisser une jeunesse toujours plus démunie face à un avenir inquiétant, et enfin de renforcer les inégalités. Car nos réformateurs de l’Éducation préparent, consciemment ou non, le terrain à une libéralisation sauvage de l'enseignement : d'un côté une école publique chargée d'accueillir la plus grande partie de la jeunesse, sans exigence de formation, de l'autre des écoles privées exigeantes en matière d'enseignement, mais payantes et de plus en plus coûteuses, comme dans les pays anglo-saxons. La disparition, sinon programmée, à coup sûr souhaitée, de l'enseignement des classes préparatoires et son absorption dans les universités va dans le même sens.

En attendant, "enseignants, rentrez dans le rang, devenez des fonctionnaires dociles, sans statut spécifique particulier, et acquittez-vous de toutes les missions qu'on vous demandera d'assumer, étant entendu que la mission d'enseigner et de transmettre un savoir n'est plus qu'une mission éducatrice parmi d'autres." - voilà ce que nous entendons, nous professeurs, quand nous lisons le projet de réforme du ministre Peillon, que malheureusement des syndicats, censés nous représenter, ne paraissent pas entendre.

Nous refusons cette attitude de mépris de notre métier de professeur, dont les conditions d'exercice liées au délitement de la société deviennent toujours plus difficiles, mais que notre ministre – après tant d'autres – s'ingénie, avec la complicité de certains syndicats aujourd'hui, à rendre encore plus précaires. Nous exigeons le maintien des décrets de 1950 qui ont le mérite de reconnaître la nature spécifique de nos charges de travail, lors et hors de notre temps de présence au collège ou au lycée.


Professeurs lycée marcelin berthelot 94    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitions24.net à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Facebook