NON-A-LA-JONCTION-RN525-RN523-A-BRUGELETTE

Scan0001.jpgNon au projet de jonction des routes RN523-RN525 à BRUGELETTE  

L'association PMB (« Pour Une Meilleure Mobilité Brugelette »)  nous a informés  que le projet de jonction des routes RN523-RN525 résultait au départ d’une initiative individuelle du Bourgmestre de Brugelette, sans consultation préalable ni avec son Collège, ni avec le Conseil Communal , ni avec les membres de sa propre majorité, et encore moins avec les riverains et fermiers concernés !

C’est en effet le 14 Mai 2016 qu’il a communiqué son idée en intervenant seul auprès de NOTELE pour parler de son projet, dans lequel il concluait selon ses propres termes qu’ »on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs »…

Selon les informations communiquées par le PMB, la taskforce chargée d’étudier le contournement de GAGES vers PAIRI DAIZA en a elle-même été étonnée, nous déclarant : « On a tous été surpris que la construction de la RN525-RN523 soit décidée aussi vite et sans concertation préalable ».

Au départ, les réflexions de la taskforce portaient sur l’étude du seul contournement de GAGES, çàd sur un projet de nouvelle route au départ de PAIRI DAIZA jusqu’au raccordement avec le réseau existant, en l’occurrence la RN523.

Le Bourgmestre de ATH et le Patron de PAIRI DAIZA limitaient en 2016 le projet à ce raccordement avec la RN523 , pour privilégier ensuite l’utilisation des voiries existantes vers SILLY et la RN7 Ghislenghien-Soignies.

Il faut donc bien constater que ce projet de jonction des routes RN525-RN523 n’a fait l’objet ni d’enquête publique, ni de concertation avec la population.

Nous marquons notre totale opposition à ce projet, pour les raisons développées ci-après :

1.       Le projet de jonction RN525-RN523 ne présente pas d’intérêt public majeur susceptible de le justifier car il existe des solutions alternatives que l’autorité compétente n’a pas évaluées. La jonction RN525-RN523 n’est pas indispensable aujourd’hui. Il n’y a aucune urgence à la réaliser et il vaudrait mieux consacrer le Budget disponible à entretenir le réseau de voiries existantes plutôt que de l’affecter à la construction d’une nouvelle voirie en site propre. Il s’agit ni plus ni moins d’une mauvaise utilisation de l’argent public, dans une période de vaches maigres pour les finances publiques, où il est préférable de Budgétiser les projets les plus essentiels. Le contournement de GAGES par la création d’une route reliant le Parc PAIRI DAIZA  à la RN523 est effectivement un projet essentiel que nous comprenons parfaitement. A partir de là, c’est l’utilisation des voiries existantes, telle que le suggérait la taskforce elle-même jusque Février 2017 qui est à privilégier, solution nettement moins coûteuse que la jonction RN525-RN523.

 

2.       Ce projet de jonction RN525-RN523 ne réglera pas les problèmes d’embouteillage, bien au contraire ! Il va en effet provoquer un effet d’aubaine pour les camions à proximité du Zoning de Ghislenghien, et ces camions ne se priveront pas de la privilégier aussi pour économiser la taxe kilométrique ! Un camion valant 10 voitures, la conséquence immédiate de ce projet sera donc l’augmentation de l’empreinte carbone sur notre environnement, précisément à un moment où les autorités publiques privilégient au contraire les initiatives qui auront pour effet de réduire cette empreinte !

 

3.       Nous exigeons de remettre en question ce projet de jonction RN525-RN523, car il consiste finalement en la réalisation d’infrastructures nouvelles et très coûteuses, qui auront un impact négatif sur la qualité de vie des riverains et des fermiers concernés .  Ce projet est tout-à-fait inadéquat,

a.       Parce qu’il se réaliserait à proximité immédiate de milieux habités

b.      Et parce qu’il impliquerait la destruction de terres agricoles

c.       Et aussi parce qu’il causerait la destruction et la disparition de la faune existante.

 

4.       Ce projet va également causer une détérioration irréversible du paysage existant, avec des impacts négatifs en termes de

a.        Nuisance environnementale

b.      Nuisance visuelle

c.       Nuisance sonore

d.      Dégradation de la qualité de l’air, congestion automobile et destruction de la faune et de la flore existantes.

 

5.       Nous dénonçons également aujourd’hui les graves lacunes de ce projet dans les études d’incidence : quels seront les impacts sur les émissions de CO2 ; pourquoi aucune consultation populaire ; pourquoi ce silence et ces manques d’information de la population ; pourquoi ces absences de réponses aux questions des citoyens ;… Nous dénonçons le fait que l’autorité compétente n’a pas, à la date d’aujourd’hui, acquis la certitude que ce projet est effectivement dépourvu d’effets préjudiciables pour l’intégrité du site, pour la population et pour la biodiversité. Il apparaît en effet que l’autorité compétente n’a aucune certitude quant aux impacts de son projet sur la faune existante : gibier de toutes sortes, batraciens, chauves-souris et oiseaux sauvages vivent aujourd’hui en toute quiétude sur le tracé de route qui est proposé. Qu’en sera-t’il demain ? Qu’arrivera-t’il si le suivi du projet, lorsqu’il sera réalisé, arrive à la constatation désolante que la nouvelle route créée nuit  gravement à la population et aux espèces sensibles ? Va-t’on alors démonter cette route ?

 

6.       Nous dénonçons également la conséquence inévitable d’une dévaluation financière des habitations avoisinantes à ce projet de route.

 

7.       Nous dénonçons aussi les risques futurs pour la santé des populations riveraines : fatigue, stress et troubles du sommeil. Nous craignons en effet que les bruits futurs de cette route dépassent les limites autorisées, d’autant plus que ces bruits seront gravement augmentés par les trop nombreux charrois de camions….

 

8.       Nous dénonçons encore le caractère incomplet de ce projet, parce qu’il ne prend pas en compte

a.       NI  le raccordement ultérieur de la RN525 à l’autoroute A8 autour de Ghislenghien

b.      NI l’autre réflexion en cours sur l’implantation éventuelle d’une gare TGV à proximité de Gibecq-Hellebecq. Et nous rappelons une fois encore qu’il y a des solutions alternatives et bien moins coûteuses que la jonction RN525-RN523, solutions alternatives que nous recommandons de retenir avant d’y voir plus clair sur ces deux autres  réflexions en cours !

 

9.       La décision d’une jonction RN525-RN523 est une décision suicidaire pour l’entité de Brugelette et à terme pour le parc PAIRI DAIZA lui-même. Au-delà des impacts négatifs causés par les trop nombreux charrois de camions, l’accès au village de Brugelette deviendra très difficile, voire impossible. La Région Wallonne et la Commune de Brugelette se seront suicidées économiquement pour un projet qui aurait pu être acquis à moindre coût en privilégiant l’utilisation du réseau de voiries existantes  à d’autres endroits,  réseau déjà très maillé aujourd’hui.

 

10.   En consultant le Plan de Secteur de l’entité de Brugelette, nous constatons que le projet de jonction RN525-RN523 traverserait un périmètre d’intérêt paysager. Dans quelle mesure une nouvelle voirie resterait-elle encore en accord avec le Plan de Secteur existant ?La Commune va-t’elle modifier son plan de secteur ? Comment le projet résoudra-t’il les questions

a.       Du maintien des structures végétales en place, caractéristiques du paysage environnant

b.      Du respect du relief

c.       De la préservation des perceptions existantes sur ce paysage, sans le dénaturer ?

Autant de questions sans réponse.    

 

Relisant le cadre de référence pour l’implantation d’éoliennes en Région Wallonne, sur la question de la distance minimale pour  l’implantation d’une nouvelle éolienne par rapport aux zones d’habitat et aux zones d’habitations isolées, nous lisons que la zone d’exclusion est à minimum 750m. Et si la zone d’habitat ou si l’habitation isolée est orientée dans le sens des vents dominants par rapport aux éoliennes, la distance sera de minimum 1000m, pour garantir la qualité de vie, et le respect des valeurs limites de bruit (45dbA de nuit à l’extérieur des habitations). ð 

A quelle distance le projet de route contestée passera-t’il des zones d’habitat et des habitations isolées ????


Collectif Citoyen de Brugelette    Contacter l'auteur de la pétition


OU

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur notre site. Cependant, l'auteur de la pétition verra toutes les informations que vous rentrerez sur ce formulaire.

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Merci de consultez votre boîte de réception et dossier "courrier indésirable".
Facebook