Elevage industriel de Poulets Obaix-Buzet

 A l'attention de Mr Le bourgmestre et le collège communal de Pont-à-Celles

Objet : Enquête Publique sur l'extension de l'exploitation de Monsieur Oost Nicolas, Rue du Moulin      à vent n°1 à 6230 Pont-à-Celles.  

Messieurs, Mesdames   Nous tenons par la présente à marquer notre opposition à la demande d’autorisation d’extension de l’élevage de volaille à Obaix.    

INTRODUCTION :   Cette pétition relève de manière non exhaustives les points suivants :

 Nuisances ·      Environnement ·      Santé ·      Valeur immobilière. ·      Traitement éthique des animaux.  

Cette pétition s’appuie aussi sur l’expérience directe des habitants proches de l’exploitation actuelle.La présence de premier élevage nous a permis de connaître la réalité du terrain.

Cette exploitation se trouve désormais trop proche des habitations et les nouvelles constructions faites dans les dernières années ont augmenté de manière importante l’enclave de celle-ci dans le village.  

Un élevage industriel ne peut plus être considéré comme une activité rurale mais industrielle. Elle doit donc trouver sa place dans des zonings de type agro-économiques en site adaptés et d'office loin des habitations.

La présence d’une telle exploitation va définitivement dénaturer Obaix/buzet et nuire au caractère semi-rural et résidentiel.

LES NUISANCES : En augmentant le nombre de volaille à près de 60.000, on peut donc s’attendre à une nette augmentation des nuisances. Durant les périodes de canicules et donc de forte chaleur, les odeurs générées par l’élevage et les fientes se concentreront dans un environnement proche des maisons ou se propageront vers les villages. Les habitants devront donc être confinés dans leur maison toutes fenêtres et portes closes afin d’empêcher les odeurs d’entrer. Notre mode de vie sera donc directement affecté.

La capacité des ventilateurs mise en place va projeter 80.000 M3/heure d’air chargé de particules de fientes, de poussières de plumes et autres dans l’air de notre commune. Une filtration mécanique performante de l’air rejeté, devrait être effectuée ce qui ne semble pas être le cas. La vitesse moyenne des vents dans le centre du pays est de 3 à 4 m/sec , après 1 minute, les odeurs et les poussières ont atteint les habitations.  

Les fientes constituent la nuisance et les risques majeurs sur la santé. Leur stockage et l’épandage sur les champs environnants et à proximité des habitations comme cela sera le cas à hauteur de la gare ne peuvent pas être négligés. Le projet prévoit l’épandage des fientes sur les champs,ce qui est inacceptable. L’incinération ou l'évacuation par des organismes agrées serait  impératif. Ce ne règle rien en matière de stockage temporaire.

Ces fientes contiennent non seulement les rejets fécaux mais aussi les débris de peau. Durant leur cycle de vie, les poules perdent bien évidemment des morceaux de peau (desquamation de l'épiderme). Ces morceaux de peau, potentiellement allergogènes, sont extrêmement légers et constituent une partie de la poussière qui sera générée par le poulailler industriel. Il en est de même de minuscules morceaux de plumes. Ces poussières peuvent constituer une nuisance potentielle pour les personnes sensibles aux maladies respiratoires. 

Le bruit des ventilateurs va engendrer un bruit de fond continu de jour et bien entendu de nuit. Le bruit, en supposant qu’il soit couvert par les autres bruits environnants de jour, sera certainement perceptible de nuit durant laquelle nous bénéficions d’un calme correct. Le bruit des trains est passager et de courte durée, ce qui n’a rien de comparable.De toute manière, n’ajoutons pas de nuisances à celles que nous avons déjà.

La volonté annoncée par l’exploitant de réduction des nuisances au maximum implique donc bien qu’elles existent. Personne ne peut quantifier un niveau de mauvaise odeur ni de nuisance si ce n’est ceux qui les subiront. Nous ne voulons aucune nuisance de quelque type que ce soit, nous tenons à appliquer l’option zéro.  

ENVIRONNEMENT : Les eaux de nettoyage et autres seront rejetées dans le Buzet. L’augmentation des habitations dans le village les dernières années a fortement augmenté sa charge mais pas sa capacité d’évacuation. Celle-ci par contre a fortement diminué, cela peut se constater aisément par un examen visuel des tronçons en plein air. Le Buzet ne peut donc pas être un déversoir pour les eaux produites par l’exploitation. Les rejets liquide de l’exploitation vont colporter odeurs et autres dans tout le circuit jusqu’au canal. Les riverains du Buzet seront donc aussi concernés mêmes s’ils sont à plus grande distance de l’exploitation. Le Buzet passe aussi directement dans de nombreux jardins. Nous refusons de disposer d’un conduit de nuisances dans nos jardins. Le risque de tornade ou de tempête suite au changement climatique est avéré. Les eaux de pluie en cas de tempête (comme déjà vécu à 2 reprises à Obaix) et qui auront rapidement saturé les égouts vont donc descendre vers les habitations avec tout ce que l’eau pourra charrier. N'y-at-il pas pas un risque de charge d’antibiotique nécessaire et de fongicide pour ce type d’exploitation? et donc risque de contaminer les sols et les eaux de ruissellement.  

SANTE : L’exploitation est enclavée dans le village. Ce village compte 2 écoles très proches à vol d’oiseau. Le village compte de nombreuses jeunes familles avec des enfants en bas âge. Ceux-ci devront donc se contenter d’un air de moindre qualité (comme déjà reconnu dans l'étude d'incidence aujourd'hui). Il est inacceptable de laisser cette exploitation détériorer notre qualité de vie.

Les risques d’allergie et de maladies résultants de la présence de ces volailles. On retrouve sur le Net de nombreux documents indiquant les risques de santé liés à ce type d’élevage. L’émanation d’ammoniaque par les fientes est reconnu. Ce dernier est irritant pour les poumons et la peau. Au vu de la documentation importante sur le Net relative aux risques toxicologiques, les autorités doivent appliquer le principe de précaution et refuser les autorisations.

L’expérience des œufs doit aussi nous faire réfléchir sur les élevages industriels sujets à des risques de contaminations considérables. Notre village doit-il adhérer à ce type d’exploitation opposé au bienêtre animal et persévérant dans la pollution et la mauvaise qualité d’alimentation.

 VALEUR IMMOBILIERE : Le perte de la valeur immobilière d’une habitation située dans l’environnement est inéductable. Quelle est la personne qui s’engagera dans l’achat d’un bien immobilier situé dans l’environnement d’une exploitation industrielle. Les riverains des exploitations porcines en savent quelque chose. Les nouveaux habitants ont-ils été informés de manière claire de l’extension possible d’une telle exploitation ? La maison est le bien le plus important d’une famille et son prix risque tout simplement d’être bradé. Nous refusons d’être touché par une dévalorisation de notre capital immobilier. Nous ne pouvons pas accepter que cette exploitation puisse engager le mode de vie de notre village pour des décennies.

Un tel produit est conduit par les grandes surfaces qui ne sont pas reconnues pour le caractère philanthropique. L’exploitant va se retrouver vassal d’un système qui nous concernera directement dans notre mode de vie. Cela est paradoxal lorsque tout le monde recherche une amélioration de la qualité et le besoin Bio. Ce projet va donc complétement à contre courant des tendances actuelles.

 TRAITEMENT ETHIQUE DES ANIMAUX.   Il est utile que chacun fasse sont propre examen de conscience au travers des informations de média et du net, sur le parcours de ces animaux qui finalement se retrouveront dans vos assiettes et de celles de vos enfants. Nous refusons d’adhérer et d’associer notre village à un tel spectacle. D

es centaines voire des milliers de poulets mourront dans ce vaste projet. Que deviendront les cadavres ? Retourneront-ils dans la chaine alimentaire ? Ces questions ne relèvent pas seulement de l’éthique sur la mortalité mais aussi de la gestion de cette masse morte

Extrait de la politique générale de l'entité, toujour visible sur le site de la commune.

Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, conformément aux engagements liés au protocole de Kyoto, la Commune s'engage à diminuer d'ici 2012 les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 7,5% par rapport aux émissions
estimées de 1990. cet engagement sera une des priorités communales au cours de cette législature.

Il est impératif de préserver l’environnement de qualité qu’offre notre territoire. Pont-à-Celles est et restera un des poumons verts de la région.

.

Liens à consulter

http://www.iewonline.be  voir: article3372

http://www.iewonline.be   voir: article8287

 Complément le 07 septembre 2017:

Il est utile de rappeler qu'il s'agirait d'un projet proche de 60.000 poulets, quel effet d'échelle des nuisances.

Cette pétition a été établie après consultation préalable de l'étude d'incidence. Il est d'ailleurs regrettable qu'aucune réunion d'information n'aie été organisée dès finalisation afin d'en exposer le contenu..

Les signataires de celle-ci sont véritablement concernés soit par le coté nature de nos villages soit les Nuisances ,soit les soucis immobiliers, soit la santé , soit le bien-être animal.

Evacuation des eaux: les plans de l'étude indiquent bien une connexion des eaux résiduelles vers l'égout sous le petit-Marcha et donc vers le Buzet. IL est difficille d'imaginer que toutes les eaux (et de pluie, et celle de brumisation etc ) seront collectées, traitées et rejettées inodores.....ou évacuées par?

Les nuisances: l'étude indique que le projet apporterait les valeurs d'abattement suivantes:
29% de l'ammoniaque il reste donc 71% à dégager.
33% des émissions olfactives, il reste donc 67% à dégager aussi.
11 à 28% des poussières soit 89% à dégager dans le pire des cas et 72% avec le meilleur scénario.

A noter que l'étude d'incidence mentionn que la qualité de l'air à Obaix/Buzet est assez mauvaise (de même que les eaux de surface). Les puissants ventillaeurs vont encore en ajouter à .....l'air de vos enfants.

Pour les poulets, ils "vivront" à raison de 20 unités au M2 soit quasi une feuille A4 par poulet.

Le mode opératoire pour que les poulets atteingnent 2 kg voire plus en 6 semaines est-il anodin.

 

 


nonauxpoulets@openmailbox.org    Contacter l'auteur de la pétition


OU

L'auteur de la pétition verra toutes les informations que vous fournissez sur ce formulaire.
Facebook