DEMANDE DE REPORT DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES

 

*****************CETTE PETITION A ETE ENVOYEE LE 08 MARS 2013 A SES DESTINATAIRES (cf onglet "annonces" sur ce site : lettre aux signataires)AVEC 170 SIGNATURES POUR REPORT EVENTUEL PAR LA MAIRIE MAIS ELLE RESTE OUVERTE A LA SIGNATURE JUSQU'AU 21 MARS, POUR RENVOI AU CONSEIL DE PARIS AVANT LE VOTE DU 25 MARS 2013 - RENVOYEE AVEC 188 SIGNATURES LE 21 MARS **************************

 

NOUS ESTIMONS QUE CETTE REFORME, EN L'ETAT ACTUEL DU PROJET, RISQUE DE CONTRARIER SON PROPRE OBJECTIF, CELUI DU RESPECT DU

RYTHME BIOLOGIQUE DES ENFANTS, QUE NOUS NE CONTESTONS PAS.

POURQUOI APPLIQUER DES SEPTEMBRE 2013 UN PROJET AUX CONTOURS ENCORE TRES FLOUS ? NOUS NE COMPRENONS PAS UNE TELLE

PRECIPITATION CONTRE-PRODUCTIVE : REPORTONS RAISONNABLEMENT CE PROJET POUR UNE MISE EN OEUVRE REELLEMENT CONCERTEE AU

BENEFICE DE L'EQUILIBRE ET DE L'APPRENTISSAGE DES ENFANTS!

 

DERNIERE MINUTE (25/02/13): M.PEILLON ENVISAGE A PRESENT UNE REFORME PLUS LARGE PREVOYANT DE RACCOURCIR LES VACANCES

D'ETE ET DONT LES DEBATS DEMARRERAIENT A LA PROCHAINE RENTREE....RAISON DE PLUS POUR NE PAS PRECIPITER LE PASSAGE A 4,5 JOURS

D'ECOLE PAR SEMAINE, DEJA TRES MAL PREPARE, SI C'EST POUR LE REMETTRE EN QUESTION QUELQUES MOIS PLUS TARD...CE PROJET EST A

PENSER ET A CONSTRUIRE DANS SA GLOBALITE TEMPORELLE (SEMAINE, VACANCES, GRANDES VACANCES) ET QUALITATIVE (PROGRAMMES,

CONTENU, AIDE AUX ENFANTS EN DIFFICULTE, ACTIVITES PERISCOLAIRES).

 

PARENTS D'ELEVES, PRENEZ 5 MINUTES DE PLUS POUR LIRE CETTE LETTRE DETAILLANT NOS ARGUMENTS ET SIGNEZ CETTE PETITION!

 

LES ASSOCIATIONS DE PARENTS D'ELEVES DE CES DEUX ECOLES DU 5ème SONT A L'INITIATIVE DE CETTE PETITION MAIS TOUS LES PARENTS D’ELEVES PARISIENS CONVAINCUS PAR NOS ARGUMENTS SONT INVITES A LA SIGNER.

 

Association pour les enfants (APE)

Maternelle du Sommerard

10, Rue du Sommerard

75005 Paris

 

Collectif "J'aime mon école"

Elémentaire Saint-Jacques

28, rue Saint-Jacques

75005 Paris

 

A :

 

Monsieur Bertrand Delanoë, Maire de Paris

Madame Anne Hidalgo, Première adjointe au Maire de Paris

Madame Colombe Brossel, Adjointe au Maire de Paris chargée de l’éducation

9 place de l’Hôtel-de-Ville 75196 Paris

 

Monsieur Yves Contassot, Conseiller de Paris, EELV,

à l'initiative du groupe de travail au Conseil de Paris,

rassemblant les parties prenantes de la communauté éducative

parisienne au sujet du projet de réforme pré-cité.

Mairie de Paris,

9, Place de l'Hôtel de Ville 75196 Paris

 

Copie à :

Monsieur Vincent Peillon, Ministre de l’Education nationale

Monsieur François Weil, Recteur de Paris,

Monsieur Gérard Duthy, Directeur académique des services de l’Education nationale.

 

Paris, le 08 mars 2013

 

Mesdames, Messieurs,

 

Le décret relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires, dont la mise en œuvre est prévue dès la prochaine rentrée 2013-2014, prévoit que « jusqu'au 31 mars 2013, les communes peuvent demander au Directeur académique des services de l’Education nationale, le report de la réforme à l'année scolaire 2014-2015 ». Amplement informés sur les possibilités de mise en œuvre de ce projet et sur les démarches de concertation proposées par la Mairie de Paris afin de mettre en place cette réforme dès la prochaine rentrée, nous, parents d’élèves, vous demandons de reporter ladite réforme à la rentrée 2014-2015 au plus tôt.

 

Porte-parole d’aucun parti politique, nous ne faisons pas ici acte d’opposition partisane et nous inscrivons davantage dans la perspective d’un travail collectif mieux abouti, dans l’intérêt des enfants affiché comme tel par la réforme.

 

Nous ne sommes pas opposés à son intention, celle d’un meilleur respect des rythmes biologiques de nos enfants. Nous nous interrogeons néanmoins sur le degré de priorité d’une telle réforme à l’Education nationale, compte tenu des évaluations produites par les récentes études de l’OCDE (PISA) et de l'Association internationale pour l'évaluation des compétences scolaires (PIRLS). N’étant de notre côté contraints par aucune urgence électorale, nous estimons que ce projet n’est ni prioritaire, ni viable dès la prochaine rentrée. L'invocation des rythmes biologiques est-elle la seule clé d'entrée pour un meilleur apprentissage? Et, si oui, les enfants en difficulté apprendront-ils réellement mieux en travaillant le mercredi matin?

 

Nos arguments, de bon sens, sont les suivants:

 

-  Désaveu du projet à une écrasante majorité de la part du Haut Conseil de l’Education.

-  Deux jours de manifestations des enseignants parisiens, les 22 et 23 janvier dernier, plus de 90% d’entre eux choisissant la grève, un mouvement sans précédent parmi les enseignants.

 

(I) Ces deux grands rejets sont restés absolument sans écho, le décret a été pris en Conseil des ministres quelques jours après.

 

-  Manifestation d’ampleur le 2 février à Paris où se sont joints enseignants ET parents, nouvelle journée de grève des enseignants, à l’échelle nationale, le 12 février 2013.

 

(II) A l’évidence, la concertation a été extrêmement faible; nous avons pu le constater nous-mêmes car seules ont été consultées les fédérations nationales de parents d’élèves, loin de représenter l’ensemble de la communauté concernée et faisant elles-mêmes de plus en plus souvent l'objet de désaccords majeurs sur ce sujet.

 

-  Prise en compte du seul avis de certains experts en rythmes biologiques, malgré leurs divergences (cf par exemple les avis de l'Académie de Médecine et l'Inserm, beaucoup moins enthousiastes sur les vertus de la suppression de la pause du mercredi).

 

-   Ajout, aux trois heures du mercredi matin venant remplacer 4 fois 45 min de temps passé en classe les autres après-midi de la semaine, de quatre temps dédiés, l’après-midi, à des activités périscolaires parfaitement indéterminées aujourd'hui (malgré un semblant de projet mis en ligne par la Mairie de Paris aux alentours du 20 février, après, semble-t-il une prise de conscience du rejet très consensuel du projet initial...nous renvoyons ici, sur ces propositions encore floues, à notre note aux signataires, figurant en annexe de cette pétition).

 

=> (III) Nous sommes donc très dubitatifs face aux nombreuses questions pratiques irrésolues concernant les activités périscolaires:

 

1. Quelles sont précisément les activités prévues ?

2. Quels sont les personnels d’encadrement prévus, sachant qu’à périmètre constant, LE NOMBRE D'ENFANTS PAR ENCADRANT VA PLUS QUE SENSIBLEMENT AUGMENTER? En l'occurence, on passerait en moyenne de 1 animateur pour 10 enfants avant la réforme à 1 pour 14 enfants à la maternelle après la réforme et de 1 pour 14 avant à 1 pour 18 enfants pour l'élémentaire après la réforme! C'est le livret d'application envoyé par le gouvernement aux maires de France qui le stipule....prenant ainsi acte de l'impossibilité d'espérer un taux d'encadrement au moins égal à l'actuel!

CE POINT MAJEUR est régulièrement occulté par la mairie de Paris ou passablement masqué par l'annonce récente du recrutement de 1000 employés supplémentaires pour le périscolaire des plus de 700 écoles parisiennes concernées: associée au surplus d'enfants qui participeront au périscolaire, cette annonce rassure-t-elle quant à ces taux d'encadrement officiellement décrétés en baisse?

3. Où ces activités auront-elles lieu ? Le nombre de locaux disponibles est extrêmement variable d'une école à l'autre dans Paris même....encore une source d'inégalités à gérer par les communes mais sans réponse actuellement.

4. Ces activités seront-elles payantes (il semblerait que cela dépende des communes, voire des activités...encore une gestion inégalitaire de l'Ecole de la République)?

5. Si elles ne sont pas obligatoires, que feront les enfants n'y participant pas ?

6. Comment prétendre que ces activités seront reposantes alors qu’elles ne sont pas définies à ce jour ?

 

⇒        En plus de toutes ces incertitudes, contestation par les parents du fait que l’objectif d’une semaine moins fatigante soit atteint:

 

-          La proposition initiale de la Mairie de Paris, au lieu de ces activités, a été celle d'un rallongement de la pause méridienne pour la faire durer 2h45 au risque de la transformer en une très longue récréation, plus porteuse d’énervement, de fatigue, d’accidents, que de repos ! Défendue bec et ongles par l'équipe municipale, cette proposition semble pourtant aujourd'hui oubliée après le rejet massif qu'elle a déclenché. Nous nous en réjouissons mais nous étonnons aussi du bricolage, semblant voué à faire passer la réforme à tout prix, que cela révèle, loin d'un objectif affiché comme étant au service des enfants.

 

-          Les 45 minutes de temps périscolaire, quel que soit le moment de la journée, dédiées quotidiennement à des activités culturelles ou sportives, ne nous semblent pas non plus propres à envisager un allègement de la journée des enfants qui devront fournir des efforts intellectuels ou physiques non négligeables.

 

(IV) En l’état des propositions actuelles, LA SEMAINE SERA DONC ALOURDIE et les enfants n’en seront que plus fatigués, ou bien les enfants qui pourront rentrer chez eux, auront, eux, le privilège d'aborder le mercredi matin moins fatigués que les autres.

 

- (V) Aucune prise en compte du bouleversement des rythmes familiaux :

o          quid des familles mono-parentales gérant un droit de garde le mercredi? Et pour l’enfant, de l’égalité du temps passé avec chacun de ses parents séparés ?

o          quid des parents ayant obtenu un temps partiel pour être auprès de leurs enfants le mercredi ?

 

- (VI) Impact économique et social de ces changements dans les centres de loisirs et d’animation, dédiés à des activités concentrées principalement le mercredi. Combien d’emplois sacrifiés? La question reste aussi ouverte pour les Conservatoires municipaux, pourtant garants d'activités de qualité financièrement accessibles à tous, et valorisant le travail et l'envie d'apprendre.

 

- (VII) Craintes pour l’école maternelle : le risque que les personnels non enseignants prennent en charge l’après-midi de maternelle nous paraît d’autant plus inquiétant que l’un des objectifs de la refondation de l’école est d’accueillir les enfants dès l’âge de deux ans, âge où certains considèrent les apprentissages comme non prioritaires, les enseignants comme inutiles... Cette mise en danger de l’école maternelle, non obligatoire mais fréquentée par une très grande majorité des enfants, nous inquiète : la maternelle offre aujourd'hui une préparation pédagogique de qualité à l’école élémentaire.

 

- (VIII) Création par l’Ecole de la République, d’inégalités territoriales en termes de formation des enfants, laissant au soin de mairies aux budgets inégaux la prise en charge d’activités éventuelles. C’est injustifiable !!

 

Nous pensons donc absolument utopique la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires dès la prochaine rentrée. Nous vous prions d'en demander le report auprès de la Direction académique des services de l’Education nationale sur la base des signatures de parents d’élèves constituant cette pétition.

 

Signature: Pour chacun d'entre vous, vos nom, prénom et ville de résidence (Paris) figureront ; la Mairie de Paris pourra alors vérifier le recoupement entre signataires et parents d'élèves ayant inscrit leur(s) enfant(s) dans une école maternelle ou primaire parisienne.


parents d'élèves parisiens    Contacter l'auteur de la pétition


OU

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur notre site. Cependant, l'auteur de la pétition verra toutes les informations que vous rentrerez sur ce formulaire.

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Merci de consultez votre boîte de réception et dossier "courrier indésirable".
Facebook