Nous protestons contre le traité transatlantique.

INFORMATION IMPORTANTE :

pétition examinée 17 mars 2015 par la Commission des pétitions du Parlement européen HORS LA PRESENCE DES PETITIONNAIRES des Petitions 1221/2013, 2694/2013, 0149/2014, 0184/2014, 0195/2014, 0242/2014, 589/2014, 706/2014, 722/2014, 738/2014, 783/2014, 949/2014, 973/2014, 1032/2014, 1122//2014, 1336/2014, 2314/2014, 2328/2014, 2647/2014, 27/2015 and 1575/2014, 1649/2014, 2062/2014, 2143/2014, 2268/2014,33/2015 on the same topic

De facto, seul un pétitionnaire disposant seulement de 120 signatures (sur toutes celles ci-dessus) a été invité par le Parlement européen pour s'exprimer lors de cette réunion. Ainsi, toutes les autres pétitions ainsi que vos signatures ont été éludées par la Commission des pétitions. Comme je l'ai fait dès le 17 mars ainsi qu'un autre pétitionnaire (et je l'espère tous les autres) j'ai aussitôt porté plainte par LRAR (1A 109 160 0294 4) auprès de l'Ombudsman (médiatrice européenne Emily O'Reilly : 1, avenue du Président Schuman, CS 30403 - 67001 STRASBOURG CEDEX). Sa réponse fait état des mêmes arguments que la Commission des pétitions (lettre du 1er juillet 2015) estimant que le Parlement avait récemment (et suffisamment) débattu du TAFTA. Elle a, dans un DENI TOTAL DE DEMOCRATIE VIS A VIS DE LA SOCIETE CIVILE,  considéré que l'examen de la pétition (AINSI QUE DES 30 AUTRES CI-DESSUS) était achevé. Sur le conseil de Yannick Jadot, j'ai écrit aux eurodéputés français ainsi qu'à Philippe Lamberts, sans réponse à ce jour (17 juillet 2015).


RÉSUMÉ : Annoncé comme devant créer « des million s d’emplois », le TAFTA (Trans-Atlantic Free Trade Agreement)  augmentera surtout, de façon considérable, les profits des multinationales (de l’ordre de 119 milliards d’euros par an) alors que « les retombées de cet accord devraient être de l’ordre de 0,5 à 1% du PIB » pour les populations, ce qui représente - selon la projection la plus optimiste - un gain de 545 euros/an pour une famille de 4 personnes (SOIT 30 CENTIMES/JOUR/PERSONNE) et ceci à L'HORIZON 2029, alors que des prévisions à aussi long terme sont impossibles à quantifier. Compte tenu de leurs relations déjà privilégiées, on peut se demander ce qui incite ces super-puissances à accroître la libéralisation de leur marché. Le véritable enjeu de cet accord est bien plutôt la levée des entraves bureaucratiques et des règles superflues - qui compliquent l’achat et la vente de part et d’autre de l’Atlantique par la divergence des réglementations (obstacles techniques au commerce) par un nivellement vers le bas des normes (barrières non-tarifaires) qui nous protègent. Souhaitons-nous voir l’arrivée dans nos assiettes du maïs MON810 et autres Monsanto, Pioneer, Bayer, lait et bœuf aux hormones, poulet chloré, porc à la ractopamine, etc… ou encore la fin des médicaments génériques essentiels pour sauver des vies humaines ? Pour éviter le démantèlement de la souveraineté populaire, des droits politiques et sociaux et des normes environnementales et exiger le droit suprême des peuples à se protéger contre tout ce qui les agresse, exigeons l’arrêt de ces négociations et la tenue d'un référendum !

Vos signatures seront jointes à la lettre adressée à la Commission des Pétitions du Parlement Européen, expliquant nos motifs d'opposition à la signature de ce traité. Merci à tous pour vos relais et signatures et votre mobilisation pour la défense de nos intérêts, Danièle Favari, Juriste de l’environnement et droit européen de l’environnement, Membre expert de la « Fabrique écologique », Invitée du Parlement européen au Workshop on shale gas and its impact on the environment and the energy policy, Auteure de « Les vrais dangers du gaz de schiste » et de « Europe-Etats-Unis, les enjeux de l’accord de libre-échange » aux Editions Yves Michel, avril 2014 et d’articles dans la revue Nexus, blogueuse dans le Huffington Post, Slate.fr.

Eu égard aux 4859 signatures présentes et précédentes, le TEXTE INITIAL est accessible :

http://verte-influence.e-monsite.com/blog/techniques-innovantes/nous-protestons-contre-le-traite-transatlantique.html

Nous, citoyens européens, DEMANDONS à la Commission Européenne l'arrêt immédiat des négociations, l'absolue transparence à laquelle elle s'est engagée (Article 44) sur le processus entrepris et que celle-ci soit étendue, non seulement aux instances représentatives, mais également à l’ensemble des citoyens européens en vue de la tenue d'un référendum, afin de rejeter toute forme de soumission aux intérêts marchands des multinationales.


daniele favari    Contacter l'auteur de la pétition

Prénom
Nom de famille
Ville
Pays
Adresse de courriel
Rendre publique votre signature ?
  
Votre adresse de courriel ne sera jamais affichée publiquement, ni divulguée à qui que ce soit.
Facebook