Appel à soutenir les artistes Tunisiens CALL FOR THE SUPPORT OF T

 

Chers amis,

 

Nous pensons que vous avez suivi l’actualité tunisienne, ces derniers temps. En voici un bref récapitulatif :

 

Des agressions physiques à répétition à l’encontre des artistes et des intellectuels tunisiens ont été enregistrées dans différentes régions du pays : mars 2012 : une manifestation théâtrale réprimée par des milliers de Salafistes en plein centre ville de Tunis et des artistes agressés ; des intellectuels attaqués lors de l’organisation de conférence publiques ; mai 2012 : tentative de meurtre et agression physique très grave sur un professeur de théâtre et artiste, et les membres d’une association artistique au Kef…  Tout ceci au vu et au su des forces de l’ordre et sans qu’une position sérieuse ne soit prise par le gouvernement afin de protéger les artistes et de poursuivre les agresseurs !

 

Du 1er au 10 juin dernier, s’est tenue à Tunis la 10ème édition du Printemps des Arts. Tout s’est parfaitement déroulé jusqu’au dernier jour où un huissier notaire a pris des photos de quelques œuvres exposées pour les exhiber dans une mosquée tenue par des extrémistes, affirmant qu’elles portaient atteinte au sacré. Des pages Facebook pro-islamistes ont alors réalisé un montage de quelques toiles jugées blasphématoires par eux (la caricature d’un barbu, une installation de bustes de femmes lapidées, des fourmis sortant du sac à dos d’un élève pour former la phrase « Gloire à Dieu », sachant que la fourmi est un insecte privilégié dans le Coran) et ajoutant des photos d’œuvres qui n’avaient jamais figuré au Printemps des Arts ni même en Tunisie. A partir de là, c’est l’effet boule de neige : des fanatiques s’attaquent au Palais Abdelliya qui a abrité l’événement, détruisant et brûlant des œuvres d’art ; des appels au meurtre des artistes sont lancés ; des biens privés et publics sont incendiés ; des confrontations ont lieu entre extrémistes et policiers. On déplore des dizaines de blessés et même un mort dans les rangs des fauteurs de troubles Salafistes… Au lieu d’apaiser les tensions et de rétablir la vérité au sujet des œuvres exposées, les membres du Gouvernement accusent les artistes d’attaquer les symboles de l’Islam. Nos gouvernants ne font ainsi qu’entretenir la confusion dans l’esprit du commun du peuple et participer à sa scission. Et pour couronner le tout, notre propre ministre de tutelle, M. Mehdi Mabrouk, ministre de la culture, a contribué à cette mise à l’index des créateurs et est allé encore plus loin en décidant de fermer l’espace Abdelliya et en portant plainte contre les organisateurs du Printemps des Arts, jetant ainsi en pâture les artistes à la vindicte  populaire.

Des responsables, comme l’Imam de la Zitouna,

(http://www.tuniscope.com/index.php/article/14137/actualites/tunisie/fdfdds-481415 ), ou des chefs de groupes Salafistes, appellent carrément au meurtre de nos artistes. Désormais, bon nombre d'artistes reçoivent des menaces de mort tous les jours via les réseaux sociaux, appels téléphoniques et SMS.

 

Le Syndicats des Artistes Plasticiens a annoncé dans sa conférence de presse qu’il portait plainte contre 3 ministres, dont celui de la Culture.

 

Nous vous adressons cette lettre, chers collègues, amis des arts et de la liberté, afin que vous nous supportiez face à cette nouvelle Inquisition. Nous vous demandons de bien vouloir rédiger des communiqués exprimant votre solidarité aux artistes tunisiens.

Pour avoir un impact fort et efficace, ce communiqué doit être officiel et signé par un maximum de syndicats et d’associations des différents secteurs de l’Art (arts plastiques, cinéma, danse, théâtre, musique…)

 

Une dénonciation internationale la plus vigoureuse possible qui pourrait être adressée à ce gouvernement et qui circulerait à travers la presse et le Net représenterait un désaveu extraordinaire qui obligera à préserver les libertés de conscience, de création, d'expression et la vie des artistes.

 

La situation est gravement critique, votre soutien et votre engagement pour notre cause seront une action des plus salutaires.

 

En vous remerciant à l’avance de votre soutien.

 

Collectif tunisien pour l’art, la culture et les libertés

 

 

 

Dear Friends,

 

We imagine that you have been following the current news in Tunisia these days. Here is a short recap:

 

Repeated physical aggressions against Tunisian artists and intellectuals have taken place in several regions of the country: March 2012, a theatrical event was attacked by thousands of Salafists in downtown Tunis and artists were aggressed. Intellectuals were attacked during public conferences. May 2012, an attempt to murder with severe physical aggression took place on a theatre professor and artist and the members of an artistic association in Kef…  All this happened openly and publicly without intervention of the police and without a serious position being taken by the government to protect artists and condemn and arrest the aggressors!

 

From June 1st to 10th 2012, the « Printemps des Arts » exhibition took place in Tunis. All went well until the last day when a bailiff took photos a few of the paintings and took them to a Mosque held by fundamentalists, claiming that the works were blasphemous.  Islamist groups on Facebook then made a montage of a few of the paintings they judged blasphemous (the caricature of a bearded man, the installation of women’s busts being lapidated, ants coming out of a schoolchild’s bag and forming the word « Glory to God » knowing that the ant is a privileged insect in the Qur’an) and adding photos of paintings and works that had never been exhibited in the event let alone in Tunisia.

From that moment, a snowball effect ensued: extremists attacked the Abdelliya Palace were the exhibition took place, destroying and burning works of art, private and public premises were vandalised, confrontations between the police and fundamentalists took place causing dozens of wounded and even one death among the ranks of the Salafist trouble makers….

Instead of appeasing tensions and re-establishing the truth about the exhibition, the members of Government accused the artists of attacking symbols of Islam.

The authorities thus entertained the confusion in the minds of the people and participated to the division.  And on top of all that, our own Minister, M Mehdi Mabrouk, Minister of Culture, contributed to blacklisting of creators by deciding to close the space Abdelliya and by suing the organisers of the exhibition, thus    exposing the artists to popular condemnation and trial by the mob.

Some leaders of opinion such as the Imam of the Zitouna Mosque  (http://www.tuniscope.com/index.php/article/14137/actualites/tunisie/fdfdds-481415), or heads of Salafist groups, clearly called out for the murder of our artists. Many artists now receive death threats by text message, or phone calls or through the social networks every day.

 

The Union of visual artists announced in a press conference that they would sue three Ministers including the Minister of Culture.

 

We are writing to you, dear colleagues, friends of Art and freedom in order for you to support us in the face of this new Inquisition. We ask you to publish press releases expressing your solidarity with the Tunisian artists.

 

In order for this to have a strong and efficient impact, these releases should be official and signed by a large number of unions and associations in the fields of Art (visual art, cinema, dance, theatre, music…)

 

A very vigorous international denunciation addressed to this government published in Newspapers and on the Net would represent and extraordinary disavowal which would force them to preserve freedom of conscience, creation, expression and the life of artists.

 

The situation is very critical and your support and commitment for our cause would be a salutary action.

 

Thanking you in advance for your support.

 

The Tunisian collective for Art, Culture and Freedom.

 

 

 

 

 


collectif tunisien pour l'art, la culture et les libertés    Contacter l'auteur de la pétition

*Prénom
*Nom de famille
*Ville
*Pays
*Adresse de courriel
Rendre publique votre signature ?
Votre adresse de courriel ne sera jamais affichée publiquement, ni divulguée à qui que ce soit.